[KARMACOMA] : The Divine Comedy

À la phrase « Hier soir, à la Cité de la Musique, c'était Palavas-les-Flots ! », des frissons m'ont envahi... merci !! Troisième billet de Jub sur la Blugture. Il ne déroge pas à la règle de partager le bonheur. Merci...

The Divine Comedy





Quand j'étais môme, j'ai habité quelques années près de Montpellier. De temps à autre, mes parents nous faisaient la surprise de nous emmener à la grande fête foraine de Palavas-les-Flots.

J'adorais ça. Pendant quelques heures, ça partait dans tous les sens ! Train fantôme, Cracheurs de feu, Galerie de miroirs, barbapapas, etc. The very best of la fête foraine !

Si mon petit frère se devait à l'époque d'assurer le rite de la crise de larmes lorsque l'heure de partir arrivait, j'étais pour ma part totalement repu de ces instants incroyables.

Tant de détails à nous re-raconter que la demie-heure de voiture qui suivait était insuffisante pour tout décrire.

Hier soir, à la Cité de la Musique, c'était Palavas-les-Flots !

Mais mon frangin, coincé dans une piaule d'hôtel à Nancy, n'était pas là. Et il m'a manqué le bougre, car je fus frustré de n'avoir personne avec qui partager ces futurs souvenirs
éternels...

Si j'avais pris le temps de me poser la question, j'aurais bien fini par deviner ce que Neil et sa bande tramaient.

Entre nous, ils n'avaient rien à faire ici.

Pas de nouvel album, deux concerts parisiens isolés de toute tournée européenne...

Neil Hannon est francophile bien sûr...

Rappelant à l'envie son admiration pour Brel ou Gainsbourg... Hum...

Concerts parisiens uniquement... Hum...

Bon sang, mais c'est bien sûr. The Divine Comedy vient chanter son amour de la chanson française !

Bah fuck alors !

Pourtant, je ne pensais qu'à un clin d'oeil inaugural et magistral quand les premiers mots d'Amsterdam de Brel ouvrirent le set.

Europop est d'ailleurs vite venu remettre les choses en ordre.

Sauf que pour annoncer le troisième morceau, Neil dit timidement dans un français à la sauce rosbif « poupée de cire, poupée de son »...

Ça commençait à devenir louche...

Pas le temps d'halluciner que le poppy Generation Sex nous ramène à nouveau aux affaires courantes.

Mais il continue le coquin ! Et reprend une des chansons écrites il y a 2 ans pour Charlotte Gainsbourg, The songs that we sing.

3 reprises d'artistes français sur les 5 premiers morceaux ? Le compte est bon !

Ayant noté le second pupitre installé sur la scène, j'espère même quelques instants voir la discrète Charlotte monter sur scène...

Patience, Jub, Patience...

Il faut attendre un peu.

En dégustant un fantastique Les playboys, tellement incongru que j'ai la pulsion de le partager immédiatement.

Puis les plus traditionnels sautillements de poppeur de Becoming more like Alfie, la majesté de When the lights go out all over Europe avant une reprise non-moins surprenante de l'élégant Anita Petersen de Delerm...

Et enfin, le premier guest arrive...

C'est le Vincent en question qui se pointe pour massacrer chanter-à-la-Delerm Songs of Love.

Et ainsi de suite pendant 2 petites heures...

Brassens et Les copains d'abord...

Gainsbourg qui croise Air sur une reprise d'Initials BB remixée avec Sexy Boy...

Daphné est alors sur scène, et prêtera encore sa voix puissante pour partager le somptueux If...

Tonight we fly enchante la salle pour conclure plus classiquement la première partie du set.

Le bouquet final débute avec Joe le Taxi (!!) au cours duquel Delerm réapparait sur scène pour singer la Vanessa d'il y a 20 ans.

Puis National Express nous prépare à l'apothéose, ce petit quelque chose qui nous manquait pour que la saveur délicate de ce spectacle magique dure jusqu'au week-end.

Conclusion twittée à chaud...

Don't tell anyone but... NEIL HANNON IS A PURE GENIUS !!! He's alive and well and was playing in Paris tonight.

À froid, je ne dirais pas mieux.

Playlist :

Amsterdam (Brel) / Europop / Poupée de Cire (France Gall) / Generation Sex / The songs that we sing (écrit pour C. Gainsbourg) / Les Playboys (J. Dutronc) / Becoming more like Alfie / When the lights go out all over Europe / Anita Petersen (Delerm) / Songs of Love (Guest Vincent Delerm) / Home (écrit pour J. Birkin) / Our Mutual Friend / Les copains d'abord (Brassens) / A lady of a certain age / Initials BB (Gainsbourg) + Sexy boy (Air) (Guest Daphné) / If... (Guest Daphné) / L'amour est bleu (Vicky Leandros) / The Summerhouse / Je changerai d'avis (F. Hardy) / Tonight we fly // Joe Le Taxi (V. Paradis) / National Express // Something for the Week-End.








The Divine Comedy - Amsterdam (Jacques Brel) - Live in Cité de la Musique (Paris)

Par Jub.
blog comments powered by Disqus

La blugture en quelques mots

La blugture est un WebZine culturel collaboratif avec plus de dix auteurs qui ont déjà été invités ou qui participent activement. N'hésitez pas à proposer vos textes. Le ton du site et des articles se veut enthousiaste, sincère et original. Contact : Blugture@gmail.com

La blugture à domicile

votre courriel


Nuage des bonheurs

La carte de la blugture

La vlogture : toute les vidéos faites pas la blugture Devenez Fan sur Facebook Suivez la blugture sur Twitter Les vidéos de la blugture sur DailyMotion toutes les photos de la blugture et plus encore

les gens qui passent et qui gardent un souvenir

Google+ Badge

Parlez des artistes qui vous ont ému !

Commentaires

Recent Comments

Powered by Disqus