[JUB] - The Killers

The Killers

C’est l’histoire d’un concert qui a débuté la veille.

Sur le marché noir d’un autre concert où le ticket n’est pas descendu en-dessous de 70 Euros…

Et où même mes incertaines tentatives de négoduction avec l’ouvreuse n’aboutirent pas.

Si j’avais pu entrer voir Franz Ferdinand à l’Olympia ce mercredi soir, peut-être que repu, j’aurais abandonné l’idée d’aller voir The Killers le lendemain.

Mais j’avais une revanche à prendre sur ce marché noir.

Et après une heure de poker menteur avec ces traders d’un autre genre, toujours ces mêmes hommes que je croise d’un spectacle à l’autre, mafia de proximité pour laquelle j’ai pourtant une certaine tendresse, c’est une jolie anglaise qui me cède le sésame à prix cassé que j’étais venu chercher.

Malgré cette modeste revanche, je ne débute pourtant pas ce concert dans les meilleures dispositions. La faute à ce handicap social étrange et agaçant, qui m’empêcha de demander le numéro que le regard de l’anglaise me proposait pourtant de réclamer…

Et du coup, j’étais un peu ronchon quand ces 4 ricains ont déboulé grandiloquents sur la scène du Zénith…

A tel point, que je me suis laissé allé à quelques attaques personnelles sans intérêt…

“Merde…

Le chanteur, on dirait le fils caché de Bénabar et de Jérôme Kerviel!

Et le guitariste, personne ne lui a dit que Brian May n’était plus franchement in!

Le bassiste? Merde, ils ont libéré un des Eagles ou quoi? Moi qui pensait qu’ils avaient fini par tous les enfermer…

Le batteur? Kris Novoselic, le bassiste de Nirvana, avec quelques big Mac en trop…”

Me voici donc à me focaliser sur la curieuse hétérogénéité stylistique de ces 4 mecs plutôt qu’être attentif à leur performance scénique intrinsèque!


Après un Somebody Told Me qui paraît bon an, mal an, lancer la machine, un saxophoniste fait son apparition sur le fond de la scène…

“Mais… Mais dégage de là mec! Va-t’en, c’est du Rock tout de même que diable!”

Bref, me voilà, mauvaise tête, après une demie-heure de concert à consulter gmail et twitter ayant abandonné l’idée que ce groupe pouvait me plaire…

Et puis, subrepticement, j’ai dû baisser la garde…

Petit à petit, The Killers a forcé ma coquille d’huître pour que s’insère en moi l’idée que, peut-être, une perle est devant moi…

Et quand les premières notes de Mr Brightside résonnent, je constate que mes jambes sautillent depuis un moment déjà. Et mes bras peuvent alors s’envoler…

Quand dans la foulée, au milieu de All These Things That I’ve Done, les lumières se rallument un instant, et exposent à ma vue un Zénith surchauffé du premier rang au tout dernier-rang-tout-là-bas-en-haut, je me dis qu’il n’y a apparemment que moi qui fait ma mauvaise tête.

7000 personnes sont en transe, et il est peu probable qu’il s’agisse d’une hallucination collective…

“Laisses-toi aller mec!”

Et c’est ainsi que j’ai fini par aimer ce concert.

Jusqu’à ce Jenny was a friend of mine jouissif et ce When You Were Young suite auquel on ne réclame plus rien.

Repu, j’étais enfin… et tant pis pour Franz Ferdinand!





, , , , , , , ,

blog comments powered by Disqus

La blugture en quelques mots

La blugture est un WebZine culturel collaboratif avec plus de dix auteurs qui ont déjà été invités ou qui participent activement. N'hésitez pas à proposer vos textes. Le ton du site et des articles se veut enthousiaste, sincère et original. Contact : Blugture@gmail.com

La blugture à domicile

votre courriel


Nuage des bonheurs

La carte de la blugture

La vlogture : toute les vidéos faites pas la blugture Devenez Fan sur Facebook Suivez la blugture sur Twitter Les vidéos de la blugture sur DailyMotion toutes les photos de la blugture et plus encore

les gens qui passent et qui gardent un souvenir

Google+ Badge

Parlez des artistes qui vous ont ému !

Commentaires

Recent Comments

Powered by Disqus