WikiRebels : documentaire sur le phénomène Wikileaks

13.12.10 mis en ligne par Frédérick de Baro

..avec des morceaux de Julien Assange dedans. La télévision suédoise a réalisé un documentaire ( en langue anglaise ) sur l'épopée Wikileaks. Ils ont suivi l'équipe de rebelle globaux pendant six mois. Ils donnent l'essence des motivations, de ce qui est aujourd'hui pour l'état américain l'ennemi américain numéro un.

Le Documentaire de une heure est disponible en ligne jusqu'au 13 décembre.

Daniel Domscheit-Berg, ex-employé de wikileaks expose également ses points de vue dans ce documentaire au risque d'induire un certain nombre de contre-information. Je dirais que de toute manière , alors que l'actualité est très chaude, il faut prendre toute information avec des pincettes tant les journalistes qui se saisissent de l'affaire wikileaks sont en majorité assez incompétents. Quelques fois des sources d'informations viennent jusqu'à dire que Assange aurait accepté de l'argent de l'état Israélien pour effacer des informations de la base de donnée de cables américains.

Moi j'aime cette idée de terroriser les états dans leurs mauvaises actions en publiants des informations stratégiquement sensibles, pourvu qu'aucune personne ne soit directement ou indirectement nommés et mis en danger. Mais comme dit Manning ( celui qui a donné les câbles américains à Assange ) :
"Maybe i'm just naïve, young and stupid".
Tout comme ses militaires américains qui tirent sur des enfants, parce qu'il en a envie... et révélé par wikileaks dans le début de la troisième vidéo.

Faîtes-vous votre avis. Moi j'ai beaucoup aimé ce documentaire.




En savoir plus View Comments

xkcd #576 : d'une API à Jakson Pollock

21.11.10 mis en ligne par Frédérick de Baro
Tout le principe est très clairement expliqué chez Mademoizelle.com
d'une BD à un petit programme informatique. 


et la touche du Donate.. mouhahaha



Mais si vous n'avez pas cliqué, alors je vous la raconte : C'est l'histoire d'un ingénieur qui s'emmerde et qui cherche à faire un truc pas utile, c'est son activité du dimanche après-midi. Il y a des gens qui regarde la formule un, d'autres qui bloguent, lui, il fait un ch'ti programme.... Il crée donc un robot ( comprenez un petit programme informatique qui surfe tous seul sur Internet).Il lui donne un budget, genre 1$. Et avec ce budget le robot cherche des trucs à acheter... Il met à jour aussi une page de statuts qui dit qu'il a cherché 162 produits ( dont 140 en mémoire et qu'il arrête puisqu'aucun produit n'est à sa disposition...


Il en profite pour mettre à jour automatiquement une page Facebook et un compte twitter.. et refait ça le lendemain... ça lui permet de recevoir plein de trucs totalement inutile... en attendant qu'un jour peut être un truc génial arrive.

L'art du hasard..
Voilà j'ai trouvé ça extra, et j'avais pas vu le billet de Mademoizelle,  mais bon la règle de la blugture ne dit pas que je ne peux pas redire un truc qu'un autre a déjà dit.. donc je le dis .. c'est pas clair ? :D




Allez savoir pourquoi cela me fait penser à une toile de Jackson Pollock...
En savoir plus View Comments

Arcade Fire + Google = ❤ HTML5

21.10.10 mis en ligne par Frédérick de Baro

Google offre à Arcade Fire un vrai bijou de créativité : http://www.thewildernessdowntown.com/ . Je ne l'avais pas vu celui là, un site qui fait un clip interactif, c'est à dire qui dépend de la ville que vous entrez dans la zone de saisie. On connait bien ceux qui font des trailers. Mais celui-là est proprement exceptionnel... Des fenêtres qui s'ouvrent avec des vues sur la ville que vous avez choisie et qui utilisent Street view ( cela veut dire aussi qu'il vaut mieux pas indiquer un patelin perdu ). Des images qui se modifie en fonction de la position de votre souris.

et même avec la possibilité de faire des cartes postales électroniques :


Vraiment maintenant je sais que tout est possible sur le net ... C'est vraiment l'art du web poussé à son paroxysme. Bravo !!

[Source]

ça m'a fait découvrir le site http://www.chromeexperiments.com/ le paradis des geeks au tempérament un peu artistique.

Bon l'embêtant c'est qu'il faut avoir Chrome , IE9 , Safari 5 ou le dernier Firefox.
En savoir plus View Comments

[VIDEO] @AtomicTom joue dans le métro avec 4 Iphones et un ampli

15.10.10 mis en ligne par Frédérick de Baro

les Atomic Tom ont joué "Take me out" en live dans le métro avec pour seul instrument leur téléphone Iphone. ça semble difficile à croire et pourtant il fallait qu'un jour cela arrive pour de vrai :



Je trouve ça énorme...

Ils disent qu'ils se sont fait voler leur instruments, mais franchement est-ce que la raison est si importante ? ... Le résultat justifie l'émerveillement. L'idée est géniale et la chanson, parfaitement orchestrée... ( donc probablement répétée ). En tout cas, improvisée ou non ça me fait réver.

C'est aussi une très belle pub pour l'Iphone.. mais en a t'il encore besoin ?
Et oui techniquement tout cela est possible. J'en connais deux, trois dans les blogs musicaux qui peuvent tester l'histoire. On en saura plus bientôt, et je suis certain que l'on verra d'autres expérimentations bientôt.

www.myspace.com/atomictom
et
www.facebook.com/atomictomband


[source]
En savoir plus View Comments

[Baci]L'Affaire d'un Printemps

8.9.10 mis en ligne par Baci
La Commune.

Cette période si connue du français moyen, donc de moi. Non je déconne, la Commune, cette courte période du 19ème siècle que 3 prof d'histoires enseignent encore et dont j'ai vaguement entendu parler à la télé mais jamais en classe. Pourtant, c'est un moment hyper fort de notre histoire, celui d'une mini guerre civile.

C'est tout pile pendant ces temps hyper troublés que se joue la pièce dont je voudrais vous parler aujourd'hui.

C'est au printemps 1871, donc, à Paris, en pleine Commune, qu'un policier est chargé de retrouver une jeune femme qui a disparu. A première vue, étant donné la situation insurrectionnelle en cours, c'est le type d'enquête qui devrait pourtant être retardé sine die. Mais non, la disparition de cette fille de bourgeois va occuper l'opiniâtre policier jusqu'à la résolution du mystère alors qu'autour, Paris est à feu et à sang, opposant les militaires de l'Etat exilé à Versailles avec les parisiens sur les barricades.

Et c'est là pour moi l'inspiration géniale des deux auteurs. On ne va pas subir une lourde description historique, on va suivre une enquête. Et s'accrocher jusqu'au bout des 2h30 de spectacle (oui, -et c'est le seul point qui pourrait rebuter- c'est un peu long. Mais pour être sincère, à part un monologue vers la fin, je n'ai pas eu la sensation que c'était long) à la trame de cette histoire, pendant que mine de rien, au fil des rencontres ou des rebondissements de l'affaire, on nous raconte la Commune.

Les personnages sont pour certains très attachants, pour d'autres drôles ou encore méprisables. Les liens entre eux tous fonctionnent parfaitement. Et l'histoire aussi, j'avais vraiment envie de comprendre la clef du mystère. En plus, il y a du monde sur scène, l'effet du soulèvement populaire est d'autant mieux rendu par la foule de personnages qu'on croise.

Si vous avez vous aussi envie de passer un chouette moment de théâtre dont on sort avec des connaissances en plus sur l'histoire, que vous aimez les enquêtes, les pièces en costumes et le théâtre, prenez vos places ! Ils sont de retour du 14 au 19 septembre au théâtre de Ménilmontant.



En savoir plus View Comments

#philo : Qu'est-ce que la blugture ?

17.6.10 mis en ligne par Frédérick de Baro
Certes le mot Blugture vient de la contraction du mot Blog et Culture. Pourriez-vous exposez en quelques lignes comment et en quoi l'accès à la culture a été changé par la démocratisation de la technologie, et vous élargirez le sujet sur les perspectives que cela peut avoir sur notre organisation sociale.

Exprimez vous dans les commentaire. une synthèse sera produite.
En savoir plus View Comments

Comment les producteurs de show télé utilise twitter ?

3.6.10 mis en ligne par Frédérick de Baro

Le Créateur de Modern Family s'exprime sur l'impact d'internet et des réseaux sociaux en particulier. Il explique comment les auteurs ont un retour en direct de la qualité de leur écriture.

En savoir plus View Comments

Benjamin Rassat fait son cinéma

1.6.10 mis en ligne par Frédérick de Baro


Voilà donc le débat posé. L'unanimité se fait contre Benjamn Rassat et son film I am the media. Et ne pas aller dans le sens de la vox populi semble être un exercice de style. Un peu comme si un avocat se retrouvait avec le pire des meurtriers.

Benjamin avait probablement l'ambition de ne plus entendre des gens critiquer l'égocentrisme de la Blogosphère ... Bien qu'à la sortie du film j'entendais toujours les "je n'ai pas de facebook, pas de iphone et pas de Blackberry et ça ne manque pas". Il a probablement réussie à faire passer le message que Internet et le narcissisme ce n'est pas grave ... Comme le dirait le psy de fun.

Ce qui m'a le plus intéressé, c'est ce moment où Thierry Hermann parle de la nécessité de gérer la multiplicité de notre identité. Celui-ci dit qu'une philosophie est nécessaire pour gérer cette multiplicité. Je suis tellement d'accord avec ce propos que faute de philosophes qui considère le sujet comme suffisamment important, j'ai décidé d'en saisir personnellement le sujet dans un livre.

Ce débat m'intéresse depuis longtemps, depuis mon époque sur le Seesmic qui n'était que TV. J'avais à l'époque contacté Yann Leroux pour en faire un article. Cet angle du narcissisme inérant à la vidéo est un excellent sujet. Je ne m'attendais pas à ce qu'on le traite ainsi.

Dés le début Benjamin le traite avec une certaine légèreté. Et son leitmotiv "est-ce que vous vous googlez ?" lancinant , et presque agaçant quand on sait à quelque point cela hérisse le poil des néophytes. Un discours mené en parallèle avec son propre personnage qu'il instrumentalise pour les besoins de la cause. Ce jeu ( je persiste ) permet de mettre de la distance avec cette identité du net.

Cela prend complètement à rebrousse-poil tout les débats actuels sur la vie privé, et la protection de notre identité. C'est presque le meilleur argumentaire contre le projet de la loi Masson.

Pourquoi cela semble déranger de tourner le narcissisme en dérision ? Parce que c'est de nous dont il s'agit. C'est notre personnalité. Elle a peut être de la valeur sur le net, sur un écran de cinéma ou devant un ordinateur... Mais c'est surtout dans la vraie vie que ce trouve la réelle valeur de notre identité, dans le regard d'autrui , dans l'écho de ce que l'on donne et que l'on refuse ou que l'on accepte. et peut être que différencier ces deux images peut poser un problème.

Au fond c'est seulement quand notre narcissisme nous éloigne des autres que cela est dangereux. C'est un peu ce que montre Wim Wenders à la fin de son fabuleux Until the end of the world en 1992.

Le Film de Benjamin Rassat est déroutant, mais j'aime bien cette déroute, car elle m'oblige à me dire que je ne suis que ce que je veux être. Et que ça a intérêt de me plaire parce que ça fera partie des choses qui vont me construire. Le fait, aussi, que je me pose encore ces questions démontre aussi qu'au fond je suis encore un enfant de ma propre vie.

Je suis un média, je suis un enfant qui se construit, je suis dans un monde qui se construit. Ce que je perçois du monde est un travail qui se construit. L'accepter c'est avancer. Rencontre d'écho après rencontre d'écho.
En savoir plus View Comments

[Ninouchka] Délicieuse Ellen Von Unwerth…

28.5.10 mis en ligne par Frédérick de Baro
@Ninouchka est l'auteure très mystérieuse de LACE AND UNLACE. Il y a une telle quantité et qualité de sensualité que pour un l'homme malgré tout timide que je suis, je reste transis et en révérence devant une si belle expression féminine. Voici son premier post qui vous enchantera, j'en suis certain.

C’est une affiche qui est en ce moment dans le métro parisien qui m’a donné envie de parler ici de Madame Von Unwerth.

Monica Bellucci et Vincent Cassel (un couple que j’affectionne tout particulièrement) réunis sous l’œil de cette photographe dont les sujets ne peuvent que m’émouvoir…

Ellen Von Unwerth saisit les femmes nues ou en dessous, corsetées, attachées, et la magie opère, tout simplement, avec beaucoup de finesse, et jamais aucune vulgarité.

Ellen Von unwerth


Ellen Von unwerth


Une exposition de ses photos, toutes centrées sur le cinéma, a lieu en ce moment au Bon marché. Une belle occasion de (re)découvrir le talent de cette femme qui a remporté le premier prix au Festival international de la photographie de mode en 1991.

Retrouvez des acteurs et des actrices du monde entier, sublimés par l’appareil de la grande Ellen.


Exposition Ellen Von Unwerth « Ellen’Cinema »

Du 6 mai au 19 juin au Bon Marché

24 rue de Sèvres Paris VIIème

Verrière du 2ème étage

01 44 39 80 00 et www.lebonmarche.com

Tous les jours de 10 heures à 20 heures, jeudi et vendredi jusqu’à 21 heures.

En savoir plus View Comments

Absynthe Minded : de l'ivresse du bien

17.5.10 mis en ligne par Frédérick de Baro
Je m'abtiens de tout commentaire pour une fois : Absynthe Minded (Heaven Knows):


27/02/2010 au VOORUIT de GAND (Belgique) from jeansanteuil on Vimeo.


Alors ? :)
En savoir plus View Comments

Agenda : SuperBowl#9... avec EnBuscade "son de Mexico"

13.5.10 mis en ligne par Djé

Le groupe strasbourgeois de musique traditionnelle mexicaine "EnBuscade" participera à la neuvième édition du Superbowl organisée au Tanzmatten de Sélestat (Bas-Rhin, Alsace) le 5 juin prochain. Egalement présents sur scène (et en compétition) Mole, Big Noise, Oxyd² , When Panic Brings Hysteria, Secretive, Random Punters et The Moorings avec à la clef du concours trois jours d'enregistrement en studio...

SuperBowl#9, Tanzmatten Sélestat, 5 juin 2010
Ouverture des portes à 19h30, prix : 5€.


En savoir plus :

http://www.zone51.net

Grupo EnBuscaDe sur Myspace :
http://www.myspace.com/elgrupoenbuscade

Grupo EnBuscaDe sur Facebook :
http://fr-fr.facebook.com/EnBuscaDe
En savoir plus View Comments

La folle journée de Ferris Bueller sur Twitter

10.5.10 mis en ligne par Frédérick de Baro

ça a commencé le 6 mai dernier et pour l'anniversaire du film qui date d'il y a près de 25 ans aujourd'hui. Ferris Bueller raconte sa folle journée sur Twitter : @ferris_bueller_

Franchement c'est juste une idée hallucinante de justesse !! et ça donne une envie folle de revoir le film :) et Est-ce que cela veut dire que des gens vont faire Star Wars ? Indiana jones ? Othello ? Casablanca ? le père noël est une ordure ? J'ADOOOOORRRREEEE... ah ouiii et évidemment CHOUCHOU ?? noooon trop génial !! je n'arrive pas à imaginer à quel point ce serait génial d'intéragir avec des personnages. ça donne des milliers d'idées complètement folle je trouve.



ça a commencé hier avec ce premier tweet :

Really don't feel like going to school today... Think I have a plan
Et c'est ainsi que s'ensuit toute l'histoire de cet adolescent qui vit mille aventures à la minute et dans lequel on découvre les premières apparitions de Jennifer Grey (la fille de Dirty Dancing) qui joue la soeur de Ferris @jeaniebueller_ et sa petite copine @sloanepeterson_ joué par Mia Sara.

et puis il y a ses délires :



Bref en suivant la Timeline et en regardant le film ça ressemble comme deux gouttes d'eau aux personnages qui tweettent et qui foursquare : Génial !!

Probablement une opération marketing, mais je trouve ça délirant : à quand la traversée de Paris ?

En savoir plus View Comments

Debout sur le Zinc à la cigale: Le Bonheur

20.4.10 mis en ligne par Frédérick de Baro

Site : Debout sur le Zinc
C'est un concert que j'attendais. comme on attend la femme de sa vie. Mes derniers euros électroniques y sont passés, il a plus de quatre mois de cela (une éternité pour moi). Je crois que c'était au mois de novembre. C'était la déclaration qui m'avait touchée évidemment mais c'était ma petite Sosso qui m'en avait parlé, il y a déjà bien longtemps. Son enthousiasme est encore au fond de mes pupilles. J'avais attrapé ces rayons de bonheur.



Je savais qu'ils n'étaient pas feint.

Alors, oui, j'ai envie de dire la joie avec laquelle je suis allé à ce concert, et comment je me suis installé dans la fosse à quelque centimètre de Christophe ( le guitariste ), Simon ( le chanteur et trompettiste) Romain le clarinettiste et Fred l'accordéoniste, mais un peu loin de ce fou sympathique de William à la Basse, et tout de même pouvoir monter sur scène pour un cour de disco mené par Momo ( le batteur ), et j'aurais alors été forcément à coté d'Olivier au Banjo mais là je vous dis qu'en vérité j'en étais loin.



Avant le concert, j'ai cru que je n'y arriverais pas. empêtré dans une administration postière qui, croyaient-ils, allait me donner un billet de train le lendemain à 9h alors que mon train partait à 7h30.... Mais, vous savez, j'avais tellement envie d'aller à ce concert qu'une sorte de gentillesse, une sorte de bonheur a dû faire que tout s'est débloqué... Je suis arrivé pendant la première partie. La salle était comble. plus de places dans la fosse.

Debout sur le Zinc @ la cigale 13/04/2010
Et là, appuyé sur un poteau, en haut des escaliers je me suis posé... La place était parfaite, une jeune femme blonde ravissante, a souhaité passer devant moi... Je suis trop grand parait-il aheum... Le bonheur , la promesse de bonheur, ou les postiers avaient enlevé de moi toute gentillesse possible. J'avais ma place, voilà. ( excusez-moi), voilà mais je l'attendais depuis longtemps cette promesse de bonheur.

Il y a des choses qui sont à la hauteur des promesses, comme le grand canyon, On sait que ça coupe le souffle et ça coupe le souffle, c'est physique.

Debout sur le Zinc transmet du Bonheur, C'est physique.



Une clarinette et un violon ont donc fait taire les pipelettes à coté de moi. ça s'adoucit , ça adoucit, le bonheur, et puis une calvacade qui part .... nous emmène. J'avais l'impression d'être comme ses amants du pont neuf, un peu fou à tourner et danser , entre la course et le vol... La clarinette, le plus bel instrument du monde, menait la charge, l'envol et là plus que jamais, la promesse était là.

Le bonheur.

Aujourd'hui encore je me demande d'où me vient le bonheur. Est-ce que vraiment l'enchainement de notes de musique peut faire cela. Merci mon dieu, Merci j'en avais tellement besoin.

Je m'arrête là parce que je me dis que mes mots peuvent gâcher, le bonheur est fait d'une peau de chagrin qui quand on le prononce se réduit.

Mais là vraiment je vous assure c'est un grand bonheur.

Leur prochain concert est en décembre au casino de Paris.





et ici d'autres photos, et pardonnez-moi d'avoir oublier de remercier la présence des tête raides, des fils de teuhpu, et d'Aldeberg, et de Pierre et sa Cornemuse :


En savoir plus View Comments

[Baci] Fortune, une tuerie qui déchire grave

13.4.10 mis en ligne par Baci

C’est un de ces blind concerts dont mes amis ont le secret. Ils s’enthousiasment pour un groupe et m’entraînent avec eux pour les découvrir sur scène. Étant très curieuse de nature, je dis généralement banco même quand je n’ai jamais entendu une seule chanson. Juste pour le plaisir de tenter l’expérience.

C’est un blind concert qui tombe un soir de non-disponibilité complète. Quelques minutes avant que ça ne commence, je ravalais au sens littéral des larmes. J’étais sur le quai du métro, en grande conversation sur moi-même. J’encaissais sans broncher mes 4 vérités vues par la personne qui m’accompagnait, parce que ce n’était pas vraiment le moment de pleurer.

C’est un blind concert dans une salle qui ne me plaît pas du tout, précédé d’une première partie improbable et entourée de conversations dans lesquelles je me sens un peu comme une pièce rapportée. La copine de… à la présence de laquelle on s’habitue.

C’est un blind concert absolument terrifique et génialesque.

Fortune arrive sans un mot, des garçons hyper assortis physiquement alors qu’ils sont individuellement très différents : celui avec des lunettes, celui en T-shirt, celui aux cheveux longs, celui à l’air sérieux, celui qui se dandine, celui qui ouvre sa chemise de chaud, celui avec un petit pull près du corps, celui a l’air un peu brouillon… (non ils ne sont pas 15...) Tous s’amalgament parfaitement.
Donc déjà, une vraie sensation d’avoir un groupe en face de soi et non pas des personnages mal assemblés. Et j’adore ça, l’impression d’une entité pensante et musicienne en osmose.

Ces considérations visuelles paraissent bizarres mais pour moi, c’est important. Pas autant que la musique mais quand même. Et parlons-en de la musique.

Autour de moi, on tentait de faire des comparaisons : « ce serait un mélange de truc et bidule mâtiné d’un peu de machin. » En fait c’est juste Fortune. Enfin, « juste »… Fortune c’est le tour de force de faire une musique hyper accessible mais qu’on sent très travaillée, même quand comme moi, on n’a pas de notion technique ni de vraie culture.
Les changements de rythme, l’utilisation de l’ordinateur en même temps que la batterie ou la guitare, tout se perçoit, le moindre détail se remarque pour aussitôt s’oublier dans le bonheur d’entendre l’œuvre finie. C’est beau ET fun.

J’ai dansé sur tous les morceaux, tous. Franchement, j’étais inquiète vu mon état d’esprit en arrivant et pourtant, tour de force inouï, je n’ai pensé à rien tout le temps de leur prestation. Fortune m’a vraiment embarquée dans une parenthèse. J’en suis ressortie un peu sonnée, un grand sourire aux lèvres et un peu lavée des préoccupations d’avant, avec la sensation excitante d’être parmi les happy few qui connaissaient cette nouvelle perle.

C’était tellement bien qu’en rentrant j’ai été écouter un peu de Fortune sur Internet. C’était différent de l’ambiance sur scène mais ça tient carrément trop la route. Et la magie avait vraiment opéré, j’avais déjà retenu la mélodie de 2 ou 3 chansons grâce à une seule écoute en concert.

Fortune, vraiment, faut y aller, faut acheter, faut écouter.

Sur leur myspace par exemple !



En savoir plus View Comments

Rock en Seine fête la blugture

12.4.10 mis en ligne par Frédérick de Baro


En fait, c'est mon anniversaire que fête Rock en seine, mais bon je suis trop modeste pour me l'attribuer :p
D'abord c'est le 27 28 29 donc juste avant mon anniv. Et ça c'est vraiment super classe de leur part. Et en plus ils ont fait ça sans même m'en parler,ce que je trouve être d'une rare intelligence.

Avouez.. c'est la classe, mais ce n'est pas finis.

Il y a la liste des artistes et là c'est pas possible qu'ils aient pas pensé a moi.
Non mais sérieux Arcade Fire , Beirut et puis MassiveAttack et aussi Cypress Hill et aussi Underworld... Enfin voilà quoi c'est juste énorme !! Alors si vous voulez participer à mon anniversaire, La participation est franchement modique vu les invités que j'aligne :D

PROGRAMMATION 2010 PAR JOUR :

27 AOÛT 2010
BLINK 182 (date unique en festival)
CYPRESS HILL (date unique en festival)
THE KOOKS (date unique en festival)
BLACK REBEL MOTORCYCLE CLUB (date unique en festival)
UNDERWORLD (date unique en festival)
KELE (date unique en festival)


28 AOÛT 2010
QUEENS OF THE STONE AGE (date unique en festival)
PAOLO NUTINI (date unique en festival)
JONSI (date unique en festival)

29 AOÛT 2010
ROXY MUSIC (date unique en festival)
FAT FREDDY’S DROP (date unique en festival)


En savoir plus View Comments

[Baci] Monstres invisibles

12.4.10 mis en ligne par Baci


Shannon était mannequin. Etait parce qu'elle est défigurée à vie. On lui a tiré dessus alors qu'elle conduisait et toute une partie de son visage a volé en éclats. Alors qu'elle est convalescente, elle rencontre Brandy Alexander, flamboyante transsexuelle qui décide qu'on ne doit pas se morfondre dans un hôpital et entraîne Shannon sur la route.
Ce n'est même pas le début, juste une vague description des personnages principaux mais je ne peux rien vous dire de plus, je tuerais tout le suspens. Parce qu'il y en a, pas façon roman d'enquête mais façon « Mais il veut nous emmener vers quoi, Chuck Palahniuk ? »

Mon premier Chuck. Le grand, l'unique, celui à qui l'on doit Fight Club par exemple. Surprise a posteriori, Monstres Invisibles est le premier roman que le sieur Palahniuk ait tenté de faire publier. Impossible de qualifier cette œuvre composite, originale et déjantée. J'ai tenté de me faire aider par wikipedia et appris que ce style de roman s'appelait de l'anticipation sociale. (Un croisement entre polar et SF a priori) En fait, avec mes mots, je dirais que c'est un roman, sombre, un peu science mais très fiction, qui serait assez lent en apparence mais en fait hyper dense.


J'ai été happée par cette histoire immédiatement. C'est tellement inattendu et délirant que je me suis sentie comme secouée dès l'entrée en matière. Alors je me suis laissé faire, sous le charme, incapable de laisser tomber la lecture. Il y avait un sentiment de fascination hypnotique devant l'assemblage de personnages et le puzzle de situations à faire s'imbriquer. L'histoire remonte de façon anarchique mais pas aléatoire une ligne temporelle qui permet de découvrir le pourquoi de tout cet apparent chaos. Mais pas trop vite les explications, en laissant juste assez de temps pour s'imprégner des nouvelles données et les mettre en perspective. Extravagante et délirante perspective.

Et puis cerise sur le gateau, j'ai trouvé que c'était souvent drôle parce que tellement féroce. La description de certains comportements politiquement corrects, les absurdités auxquelles conduit l'obsession de l'apparence, certaines anecdotes tout simplement.

C'est donc une grande gifle pas seulement littéraire que ce livre m'a envoyée. Et je ne crois pas qu'il plaira à tous -parce qu'il est violent visuellement et émotionnellement. Parce qu'il a l'air bordélique et aussi peut-être parce que l'outrance peut déranger- mais je crois qu'il faut au moins tenter.



Give me tolerance. Flash. Give me understanding. Flash.


If I can't be beautiful, I want to be invisible.


Don't do what you want. Do what you don't want. Do what you're trained not to want. Do the things that scare you the most.

En savoir plus View Comments

#ENORME #LavalVirtual 2010 #1 : Remise des trophéess

9.4.10 mis en ligne par Frédérick de Baro


remercie Ouest France pour la photo.

Je suis en mode envoyé spécial à Laval Virtual 2010. D'abord un ou deux disclaimer :
Le premier, le vrai c'est que ma boite y est, en tant que visiteur du salon, hein pas exposant. Mais elle y est et veux proposer des produits de réalité augmentée. Faut être clair je la traiterai pas différemment des autres sociétés que je vais croiser. Et si il y a un truc qui m'éclate, je le dirais. mais je ne dirais pas : "tenez regardez c'est ma boite". Elle mérite pas plus qu'une autre la publicité et franchement, enfin bref vous vous en foutez de ma vie.
Deuxième disclaimer (désolé, en ce moment, je lis un bouquin sur la transparence de l'information) : ça fait 5 ans que ma copine de Laval me tanne pour venir voir le salon, et, soit par manque de temps et peut-être aussi par snobisme parisien, je n'ai pas accordé beaucoup d'attention.
Et je le regrette.

J'ai commencé ce salon par le bon bout je crois : La remise des prix Laval Virtual.
Et la découverte de ce site extraordinaire :
le youtube de la 3D avec 3Dvia, donc à explorer dés que j'aurais un peu de temps...
Et de ces personnes qui te rende réveur ( http://www.designfaktis.com/ ) et avec lesquels j'ai eu une discussion comme rarement depuis longtemps ... Je crois qu'ils ont compris et qu'ils sont déjà dans l'après... Comprends qui peut.

Voici le Palmarés des Awards de Laval Virtual 2010.. Il y a pas tout : mais ça arrive. Il y a des trucs assez hallucinant même si les vidéos sont en cours d'upload sur Youtube ici et il y a quelques photos sur mon compte flickr :

Demain, je suis libre.. J'en ai bien deux trois à aller voir mais je vais un peu naviguer au fur et à mesure.. le nez à l'A.R. (mouhahaha)... Et on verra bien suivez moi sur Twitter avec le tag #lavalvirtual.

Le palmarès donc :

Architecture, Art et Culture :
Le robotGraphe avec Jean-claude Fournier



Design Industriel et Simuation :
Raw Shapping Form :



Science et Education

[à Mettre à Jour] là j'ai aucune vidéo et je ne me rappelle pas de quoi ça parlait

Médecine et Santé
Un système qui fait ressentir les même choses qu'une femme enceinte !! développé dans une université technologique au Japon. Vidéo en cours d'Upload.. je n'ai rien trouvé sur le net. :(




Jeux 3D et Divertissement : prix remporté par David Arenou juste ENORME (Lire l'interview en anglais du jeune français):

DIPLOMA : Tangible Rail Shooter Concept from David Arenou on Vimeo.


Business et Services
[à Mettre à Jour]là j'ai aucune vidéo et je ne me rappelle même pas de quoi ça parlait

Automobile, Aéronautique et Transport :
Un système de simulation de toilettes des TGV pour apprendre à les nettoyer et à les vider sans immobiliser un TGV. j'ai la vidéo mais je ne sais pas si c'est utile en fait .... :P

Interfaces et Matériels.
Un liquide, mélange d'eau et de Maïzena, qui réagit avec un gant conducteur d'électricité. Le système est censé se durcir sur commande. ça s'appelle de la Thixotropie. voilà j'ai pas trop trop compris. Comme disait Jérome Bonaldi , ça a l'air prometteur...

Ingénierie, Montage et Maintenance : ProFORMA. Un truc E-POUS-TOU-FLANT :



Personnages en Temps Réel et Mondes Virtuels :




bon ben là je vais me coucher hein ...
En savoir plus View Comments

Le pixel art et Naive New Beaters

8.4.10 mis en ligne par Frédérick de Baro




PIXELS by PATRICK JEAN.
envoyé par divisionparis. - Regardez la dernière sélection musicale.

Vu chez le geek Korben, ce fabuleux clip utilise les jeux les plus connu pour illustrer la révolution numérique. La conclusion me semble un peu sombre, mais c'est un très beau travail graphique et avec NNB ça ne peut faire de mal à personne.

Bref, après ça, on me dira ( Raphaël Enthoven) que l'art numérique n'existe pas.. (doh)

Quelques exemples de Street pixel ART :

En savoir plus View Comments

[Donjipez] Last Call, un film qui appelle l’audience

17.3.10 mis en ligne par Frédérick de Baro


un article de Donjipez

Last Call, un film qui appelle l’audience

Après la démocratie participative (tiens, elle devient quoi celle-là au fait ? ;-) ), voici le film participatif. Ou plus exactement interactif. Sera-ce la prochaine mode du cinéma après la 3D ?
Last Call, un film d’horreur produit par les Allemands Jung von Matt & Film Deluxe pour 13e Rue, inaugure un nouveau concept qui introduit des éléments issus du jeu vidéo pour faire évoluer le récit. En effet, lorsque les spectateurs achèteront leur place, on leur demandera également leur numéro de portable et de laisser celui-ci allumé pendant la projection. Lorsque l’ héroïne sera dans une situation dangereuse, elle passera un appel pour qu’on lui vienne en aide. Le numéro appelé sera celui d’un spectateur, sélectionné au hasard. Grâce à un système de reconnaissance vocale, la réponse sera retranscrite en commande qui déclenche l’envoi de la séquence correspondante. En fonction de l’information que donnera la personne sélectionnée, le film variera donc totalement d’une séance à l’autre, toutes les options possibles ayant déjà été filmées au préalable.
On peut voir plusieurs aspects dans la démarche. L’aspect ludique et innovant vient en premier. Mais la réserve est celle de se dire qu’un film est un tout, pensé par un scénariste et un réal’ et que les choix multiples de directions dans la narration risquent de fragiliser (décrédibiliser?) le déroulement du récit. Le jeu scénaristique pourrait s’avérer cependant fort intéressant quant à la façon de voir comment un élément entraîne ou pas la séquence suivante. Et donc des dénouements divers. Une approche un peu semblable – mais sans intervention des spectateurs, juste avec des choix différents des personnages à certains moments-clés – avait été celle d’Alain Resnais pour son diptyque Smoking/No Smoking réalisé en 1993.
Petite explication (eng.) en images dans un teaser pour ce film qui n’a pas encore, à ma connaissance, de date de sortie annoncée:



Lire aussi : sur Owni.fr et filmsactu.com
En savoir plus View Comments

Showbiz'Art, bien sûr que le show biz est un art !

12.3.10 mis en ligne par Djé
La compagnie La Fabrique présente du 9 au 13 mars 2010 le spectacle "Showbiz'Art !" et convainc que le show biz est un art et le théâtre un vaste home-cinema. Si vous êtes toulousain, dépêchez-vous d'y aller. Sinon exigez une représentation chez vous.

// Showbiz'Art ! par Mallory Casas. Collaboration artistique & Création loumière : Antoine Dufour - Musique : Olivier Trénél. 75 min.//





Le contexte...
Petit rappel des circonstances qui m'ont entraînée voir ce spectacle dont j'ignorais totalement l'existence quatre heures avant la représentation :

Après-midi "glandouille geek" comme un autre. Tchat, réseaux sociaux, musique... Que faire ? La vaisselle ou la sieste ? Soudain le téléphone sonne. Mon coloc'. Etrange. Il appelle rarement à cette heure-là. Je décroche : «
- Allôôô ?
- Ouais, c'est moi. Ça te dirait d'aller au théâtre ce soir ?
- Au théââââtre ?!... << ( a long sarcastique, ben oui ! quand on est au chômage et sans revenus, aller au théâtre est un luxe ; les nourritures spirituelles c'est sympa mais ça ne remplit pas la panse... Enfin peu importe. Je ne vais pas vous raconter ma vie. Encore que j'aimerais bien...).
Au théâtre ?... euh... mouais pourquoi pas... mais pour voir quoi ?
- Je sais pas.
- Comment ça tu sais pas ? Mais quel genre, c'est de l'impro ?
- Ben je sais pas je te dis.
- Ah hum... tu proposes d'aller au théâtre et tu sais pas ce que tu vas voir ?
(
je ne comprends pas trop les gens qui vont au théâtre pour aller au théâtre, ou au cinéma pour aller au cinéma, mais j'aime bien mon coloc', je l'adore même. Il se trouve aussi que je suis particulièrement émotive, alors le théâtre, c'est quand même très violent. Il y a des degrés d'émotion, d'horreur ou de rire, que je ne suis pas tous les jours en mesure d'encaisser ; le théâtre c'est sans barrières, tout est transmis en temps réel, symétriquement entre les acteurs et le public. Ça peut être risqué, même si, il faut bien l'admettre, c'est souvent plaisant, revigorant... Mais peu importe. Je ne vais pas vous raconter ma vie. Encore que j'aimerais bien).
- Ben non je sais pas trop. On m'a suggéré d'y aller, mais t'inquiète hein, c'est pas du classique, pas du Molière, donc ça risque de ne pas être trop chiant.
- :-x
(ben moi le théâtre classique, j'aime bien. Et j'aime bien mon coloc', je l'adore même ; mais on dirait qu'il me connaît mal. Je me rappelle ce dernier Tartuffe que j'ai vu alors forcément j'ai une autre idée du théâtre classique maintenant ; et puis même, un trois actes en français classique, c'est peut-être bien ce qu'il m'aurait fallu justement. Mais peu importe, je ne vais pas vous raconter ma vie. Encore que j'aimerais bien).
Et c'est combien ?
- Je sais pas. T'as qu'à regarder sur Internet, pis tu me dis, c'est au théâtre du Pont Neuf...»
Ok. Google. "Théâtre du Pont Neuf". Ah ah... chouette ce petit site tout en spip ! "Dernière news : licence". Ok, bien, non... Programme ?! Ah oui là... Du 9 au 13 mars : "Showbiz' Art !" On y est ! Mmmm... Voyons voir le pitch....

LE PITCH >> "Bienvenue dans Showbiz' Art ; ou comment un producteur transforme un drame intimiste en superproduction sur fond de thriller sentimental. Tous les ingrédients conformes aux lois du marché seront là : une jolie maman célibataire, un dangereux psychopathe, un flic aux aguets et même… un super héros… Après le home cinéma et l’avènement du DVD, bienvenue dans l’ère du…home théâtre."

Bon ça a l'air sympa. Ça me dit bien. On dirait les présentations des spectacles d'impro de la Compagnie du Théâtre de l'Oignon. S'il y a d'aussi bons comédiens ici qu'à Strasbourg- ce dont je ne doute pas- alors ça vaut sûrement le coup d'y aller. Et vu la belle brochette de personnages, il y a des chances qu'il y ait au moins un ou deux comédiens qui me fassent triper... et rire surtout... ce qui ne peut pas nuire. C'est ok donc. Tarif quand même pour être sûr... Bing ! 12 Euros, c'est pas donné. Tarif chômeur 8 euros. Allez ok on y va.

Ce soir théâtre...
Petit théâtre perdu au fond d'une place carrée. Petit guichet, bar... Déjà je me sens bien. Les spectateurs sont là qui attendent l'ouverture des portes et les bribes de conversation qui m'arrivent aux oreilles me ravissent. La troupe est là aussi, accueillante, prête pour le show. Enfin les portes s'ouvrent. Un tout petit théâtre. Quelques rangées de bancs, en gradin, recouverts de mousse et de skaï rouge. Une belle scène. Au sol des carrés de bois peints en noir. Dans l'arrière-scène un rideau, noir aussi. Et cette odeur typique ! Je ne peux pas m'empêcher de glisser à mon coloc' : "C'est marrant, ça sent toujours pareil dans les théâtres, mélange de transpiration et de colle !?!". Entrés presque les derniers, nous nous retrouvons devant. Au premier rang on est aussi en première ligne émotionnelle.Ça devrait bien se passer quand même. Un garçon se présente sur scène et nous souhaite la bienvenue. Il nous annonce le spectacle : une nouvelle adaptation de "Hot Dog"... (ben mince ! ça me dit trop rien à moi "Hot Dog"**... encore un film de Tarantino que je n'aurais pas vu ?) Peu importe. Les lumières s'éteignent. J'attends les trois coups qui ne viennent pas. Lumière !

75 minutes de bonheur "Mother Fucker" !
Après je ne réfléchis plus à rien. Je suis bien. J'ai le "smile". Et il n'y a pas que moi. La première scène, les premières secondes, je suis déjà conquise. Par un acteur talentueux, hors du commun (Mallory Casas), plein d'énergie, entrée soignée. Il incarne, semble-t-il ?- un metteur-en-scène. Et nous public nous serions l'auteur. Ainsi le rêve lucide commence et pendant tout le spectacle cet état d'extase- d'autosatisfaction- ne nous quittera plus, ni moi, ni nous le public, ni aucun des personnages de l'intrigue nouée autour d'un dialogue classique de sourds- combat de David contre Goliath- entre l'auteur (côté artistique) et le producteur (commercialisation de l'œuvre). C'est autour de ce fil conducteur que les acteurs ou leurs personnages se succèdent, comme leurs scènes, de noirs en lumière, en une sorte de montage "cut" toujours rythmé, jamais lassant. L'héroïne, Karen, mère veuve désespérée, son fils, son chien, son petit oiseau, ses voisins, le gardien de la paix du quartier, le bel inconnu, le reporteur de presse... tous sont aussi bons les uns que les autres, et le tableau vivant, presque interactif, est réussi. Savoureux mélange parfois critique, souvent amusé, de soap opera à l'américaine, de films de science-fiction bon marché ou de documentaire-fiction tournant au fait divers. La société dans laquelle nous vivons est croquée avec justesse et finesse dans ce déroulé tragi-comique. Quelle bonne respiration, quelles belles tranches de rire, quelle énergie et quelle bonne claque aussi ! ... et quel remarquable travail d'écriture ! Pas un mot de trop, pas un accent ou une expression de travers. Tout se tient. Et tout coule presque de source.

Du cinema, de la télévision, du théâtre ?
J'aimerais bien vous en dire un peu plus, vous confier plus intimement tout ce que j'ai ressenti et pourquoi j'ai ri et pourquoi j'ai tant réfléchi et tellement apprécié le niveau de ce spectacle mais je trahirais et les auteurs et les acteurs. Ce serait tuer la pièce, ce serait mentir aussi. C'est un spectacle à vivre, à expérimenter, et à revoir aussi (certaines personnes du public -et moi-même!- avons "regretté" qu'aucune sortie DVD ne soit en préparation mais ce serait sans doute enlever la proximité avec le public qui donne tout son sens à ce show). C'était ressourçant ce petit voyage au pays de l'action, et on y reviendrait bien en effet. Mais ne vous y trompez pas, lecteur ! Le personnage principal de cette œuvre, ce ne sont ni l'acteur central -Mallory Casas, époustouflant, il faut saluer sa prestation !-, ni les autres acteurs ;), ni vous, ni moi, ni nous non plus le public... non non ! le personnage principal ici, c'est le théâtre... et toutes ses ramifications. Ce pourrait devenir un classique du genre s'il en existait un pour le catégoriser. Mais il n'en existe pas. Le point de vue de l'auteur- omniprésent, omniscient, sans cesse changeant- est mis à sac et nous emmène dans des univers connus via de nouveaux canaux. C'est sous cet angle impertinent que Mallory Casas crée un media novateur... où se pratique jusqu'au bout une ironie à mettre entre toutes les cervelles... Que vous veniez chercher l'humour, l'impro, le classique, le mime, la chanson, le conceptuel, l'imitation, le beau texte... ou le bel accent, vous serez servi.

C'est un show un peu bizarre... C'est une œuvre d'art. Chapeau !

G.G.
**Hot Dog est le titre de la première version de ce show créé en 2007 ; la mise en scène, le texte et les personnages ont été peaufinés depuis pour devenir "Showbiz'Art! ; ceux qui connaissaient l'histoire du spectacle n'ont pas tari d'éloges après la représentation. Mallory Casas a tenu à remercier Antoine Dufour, non seulement pour la création lumière, mais également pour son coup de pouce à la conception artistique.
+++
Showbiz'Art! fiche technique et contact :
Spectacle tout public à partir de 8 ans.
Genre : loufoque, décalé
Durée : 1 heure 10
Dimension plateau minimum :
Ouverture : 6m / Profondeur : 5m / Jauge : 150 m
Contact-diffusion presse : axellefarrugia@laposte.net / Tel. : 05 62 26 04 41

Présentation du spectacle sur le site du théâtre du Pont Neuf
En savoir plus View Comments

Twitter pour mon titoune, ma vivi et puis aussi ma p'tite sosso

5.3.10 mis en ligne par Frédérick de Baro
[Mise à jour] pour bien débuter sur twitter : des liens en fin d'article.
Twitter c'est pour mes pôtes, tout comme pour mon boulot. Twitter est un outil de communication. Je souhaite que certains de mes amis me rejoignent donc je choisis trois des personnes que j'adore et je vais leur donner,[vous donner], les premières étapes..

Il manque des choses bien sûr. Trois ans que je twitte et j'en découvre encore tout les jours, ici c'est vraiment les premiers pas.

D'abord allez sur http://twitter.com :


puis vous cliquez sur "s'inscrire maintenant" :


j'ai fait exprès de faire 1 erreur : on utilisant un pseudo très commun. Quand vous choisirez votre nom d'utilisateur essayez de le choisir assez court et facile à s'en souvenir. Il n'y a pas de problèmes à mettre votre vrai nom. N'est il pas déjà dans l'annuaire ? C'est juste que si on met son vrai nom c'est que l'on est dans la vraie vie , celle où est en costard et que l'on fait pas de blagues carambar ... et avouez que c'est quand même moins drôle... donc un pseudo pour être plus naturel,c'est pas mal non plus.

Une fois que vous avez tout bien fait passez à la suite :



et là vous vous demandez mais c'est quand que l'on voit la magie de ce fameux Twitter ? C'est un peu maintenant et c'est un peu dans la suite.vous aurez au même niveau le journal le Monde et moi ... Et si vous me dites que le Monde c'est pas aussi bien que moi , et ben je dirais que vous avez raison :P

Je vous conseille donc de vous balader dans les suggestions et vraiment de choisir comme bon vous semble, de toute manière si vous n'aimez vous pourrez les enlever. Et puis de toute manière votre seul vrai ami c'est moi :D

Avec l'étape suivante vous pourrez chez dans votre carnet d'adresse si une personne que vous connaissez est déjà sur Twitter. ça prend 5 minute de regarder, et vous pourrez avoir des surprises.


Dans la dernière page vous pouvez même chercher à partir de vrai nom / prénom. c'est une dernière étape , et comme toute dernière, il est bon de la bacler.., vous pouvez également chercher dans les abonnés , et les abonnements des compte que vous découvrez.

Après en cherchant bien sur google vous trouverez les gens qui peuvent vous intéresser.
par exemple twitter + rock, Twitter + litterature ou twitter + lol , bref c'est en furetant et en ajoutant les personnes au fur et à mesure :

Comment fait on pour ajouter ( ou s'abonner ) ? Il suffit d'aller sur le compte d'une personne qui vous intéresse (http://twitter.com/envoyespecial par exemple ) et cliquer sur "suivre" .. et voilà.

Et moi et bien c'est ( http://twitter.com/fred2baro) ;) à bientôt.

P.s : vous n'êtes pas obligé de passer par le site pour "Twitter", Il y a tout un tas d'applications pour windows, Mac et Smartphone évidemment. C'est par ici : http://twitter.pbworks.com/ dans Apps.
P.s2 : les phrases en 140 caractères ne disent pas tout d'une personne, il faut avant de lui répondre en faisant @(lapersonne), le "jauger" en lisant ces messages précédents.
MiseA jour :
Quelques liens pour apprendre comprendre :

Bon vous avez plus de raisons pour ne plus me suivre :D
En savoir plus View Comments

I love you

23.2.10 mis en ligne par Frédérick de Baro

Je vous aime. parce qu'au fond rien n'a de sens que l'amour que l'on porte aux autres. Les gens, les autres sont plus des fantômes que des êtres vivants, ils ne sont que l'idée que l'on se fait d'eux et ce n'est pas un mal. Je pense à Philippe qui m'a appris que c'était beau, que c'était merveilleux d'être curieux. On était au Maroc et il m'a expliqué comment fonctionnait un haut parleur... j'ai décidé à l'époque de devenir électronicien pour comprendre comment fonctionnaient les aimants et contrôler la transmission électrique. Je n'avais pas compris que le véritable mystère c'est ce qui ce trouve à l'autre bout de ce fil : la voix, la guitare, le piano. Mais Philippe n'est plus là, le crabe l'a bouffé comme mon grand-père près de 20 ans après. Mais ils sont là, à coté de moi je les aime. Ce qui fait qu'ils existent encore c'est ce lien d'amour. ça a commencé par du respect et l'envie de donner, le désir de partager avant de recevoir.

Je n'aime pas souhaiter une bonne année, parce que je sais qu'en cours de route il y aura quelque chose qui va briser mon souhait. Et je ne veux pas que ce cadeau qui m'est cher soit brisé. Mon souhait n'existe pas. rien n'existe. la seule chose qui existe c'est le lien, le lien seul est sacré, le lien seul procure de la joie quand il y a de la tristesse. Le lien rassemble quand la solitude se fait pesante, le lien que l'on crée avec le premier regard de notre bébé. et ce nouveau regard, ce nouveau lien avec cette femme qui nous l'a donné, ce miracle de la vie, Ce regard si différend et si proche d'un premier regard d'amour. Le lien avec un frère ou une soeur. Le lien avec ces amis qui d'une main sur l'épaule vous apaisent. parce que cette main vous rappelle que quand un lien se casse, un autre lien, beaucoup d'autres liens, plus forts, sont toujours là ou bien se créent.

Rien n'existe donc, tout ces objets qui gravitent autour de nous, qui nous endettent, qui nous appauvrissent d'autres objets. tout ce qui voudrait avoir du sens n'en a que parce que nous voulons nous lier à eux.


Rien ne vaut la peine d'être vécu sans vous, sans ce lien car la vie continue, la blugture continue. Frédérick 2 BARO a un peu de mal ces temps-ci à s'organiser, et à ne vivre que pour lui-même et la Blugture. Des rêves se réalisent - des bons comme des mauvais - et je me dois de les gérer. Quand tout cela sera tiré au clair, mes émerveillement culturels et les imaginariums viendront ré-alimenter ce petit recueil de bonheurs. En attendant, les vôtres restent les bienvenus évidemment, comme toujours. il vous suffit de regarder avec amour et l'inspiration viendra.

(ce billet n'est sponsorisé par aucune secte et je ne suis sous l'emprise d'aucune drogue :) )

En savoir plus View Comments

Lovely bones, Les jolis os de Peter Jackson

22.2.10 mis en ligne par Frédérick de Baro


Ce film va me marquer, à jamais. J'ai un poème de Baudelaire qui me tient profondément à coeur et me guide même. Il y a plusieurs livres et un en particulier l'oranger qui sans être extraordinaire reste gravé dans mes souvenirs. Il y a Wim Wenders qui me parle rien qu'à moi dans chacun de ses films. Et maintenant Il y a ce film qui me parle d'une douleur qui n'a pas de nom, si profonde que rien ne pourrait la décrire. Seules les oeuvres d'art savent cette magie. Il m'accompagne jours et nuit ces temps-ci. Et quand je veux décrire une douleur particulière, je dis que "c'est la douleur d'un père devant son enfant assassiné". Je n'ai pas vécu cette souffrance, heureusement, sans doute. Mais j'ai perdu un homme presque un père. Et avant qu'il ne parte j'aurais voulu qu'il sache à quel point il a compté pour moi. Grâce à ce film je sais que chaque fois que je le ressens, il le ressent aussi. Mais cette douleur n'est pas encore celle plus terrible qui est de perdre son enfant.

On est tous à un moment de notre vie la mère ou le père de quelque chose. Un bébé, une maison, une concrétisation, mais aussi de sentiments. Alors quand celui-ci meurt avant qu'il ait pu prendre son envol , avant même qu'il ait eu cette folle liberté qui précède de longtemps l'âge adulte, la douleur reste là . Et j'ai cette image du film où la jeune fille assassinée appelle désespérément son père d'où elle est. Mais Il n'entend pas. Parce que, aussi tragiquement vrai que cela puisse paraître lorsque l'enfant est mort on ne peut plus lui parler. Seul reste son souvenir. Et la douleur avec.

Allez le voir, s'il ne vous parle pas tout de suite, il reviendra vous hanter un jour de séparation, et quand enfin vous aurez assumé cette séparation. Il vous aidera à comprendre.


En savoir plus View Comments

La blugture en quelques mots

La blugture est un WebZine culturel collaboratif avec plus de dix auteurs qui ont déjà été invités ou qui participent activement. N'hésitez pas à proposer vos textes. Le ton du site et des articles se veut enthousiaste, sincère et original. Contact : Blugture@gmail.com

La blugture à domicile

votre courriel


Nuage des bonheurs

La carte de la blugture

La vlogture : toute les vidéos faites pas la blugture Devenez Fan sur Facebook Suivez la blugture sur Twitter Les vidéos de la blugture sur DailyMotion toutes les photos de la blugture et plus encore

les gens qui passent et qui gardent un souvenir

Google+ Badge

Parlez des artistes qui vous ont ému !

Commentaires

Recent Comments

Powered by Disqus