Debout sur le Zinc à la cigale: Le Bonheur

20.4.10 mis en ligne par Frédérick de Baro

Site : Debout sur le Zinc
C'est un concert que j'attendais. comme on attend la femme de sa vie. Mes derniers euros électroniques y sont passés, il a plus de quatre mois de cela (une éternité pour moi). Je crois que c'était au mois de novembre. C'était la déclaration qui m'avait touchée évidemment mais c'était ma petite Sosso qui m'en avait parlé, il y a déjà bien longtemps. Son enthousiasme est encore au fond de mes pupilles. J'avais attrapé ces rayons de bonheur.



Je savais qu'ils n'étaient pas feint.

Alors, oui, j'ai envie de dire la joie avec laquelle je suis allé à ce concert, et comment je me suis installé dans la fosse à quelque centimètre de Christophe ( le guitariste ), Simon ( le chanteur et trompettiste) Romain le clarinettiste et Fred l'accordéoniste, mais un peu loin de ce fou sympathique de William à la Basse, et tout de même pouvoir monter sur scène pour un cour de disco mené par Momo ( le batteur ), et j'aurais alors été forcément à coté d'Olivier au Banjo mais là je vous dis qu'en vérité j'en étais loin.



Avant le concert, j'ai cru que je n'y arriverais pas. empêtré dans une administration postière qui, croyaient-ils, allait me donner un billet de train le lendemain à 9h alors que mon train partait à 7h30.... Mais, vous savez, j'avais tellement envie d'aller à ce concert qu'une sorte de gentillesse, une sorte de bonheur a dû faire que tout s'est débloqué... Je suis arrivé pendant la première partie. La salle était comble. plus de places dans la fosse.

Debout sur le Zinc @ la cigale 13/04/2010
Et là, appuyé sur un poteau, en haut des escaliers je me suis posé... La place était parfaite, une jeune femme blonde ravissante, a souhaité passer devant moi... Je suis trop grand parait-il aheum... Le bonheur , la promesse de bonheur, ou les postiers avaient enlevé de moi toute gentillesse possible. J'avais ma place, voilà. ( excusez-moi), voilà mais je l'attendais depuis longtemps cette promesse de bonheur.

Il y a des choses qui sont à la hauteur des promesses, comme le grand canyon, On sait que ça coupe le souffle et ça coupe le souffle, c'est physique.

Debout sur le Zinc transmet du Bonheur, C'est physique.



Une clarinette et un violon ont donc fait taire les pipelettes à coté de moi. ça s'adoucit , ça adoucit, le bonheur, et puis une calvacade qui part .... nous emmène. J'avais l'impression d'être comme ses amants du pont neuf, un peu fou à tourner et danser , entre la course et le vol... La clarinette, le plus bel instrument du monde, menait la charge, l'envol et là plus que jamais, la promesse était là.

Le bonheur.

Aujourd'hui encore je me demande d'où me vient le bonheur. Est-ce que vraiment l'enchainement de notes de musique peut faire cela. Merci mon dieu, Merci j'en avais tellement besoin.

Je m'arrête là parce que je me dis que mes mots peuvent gâcher, le bonheur est fait d'une peau de chagrin qui quand on le prononce se réduit.

Mais là vraiment je vous assure c'est un grand bonheur.

Leur prochain concert est en décembre au casino de Paris.





et ici d'autres photos, et pardonnez-moi d'avoir oublier de remercier la présence des tête raides, des fils de teuhpu, et d'Aldeberg, et de Pierre et sa Cornemuse :


En savoir plus View Comments

[Baci] Fortune, une tuerie qui déchire grave

13.4.10 mis en ligne par Baci

C’est un de ces blind concerts dont mes amis ont le secret. Ils s’enthousiasment pour un groupe et m’entraînent avec eux pour les découvrir sur scène. Étant très curieuse de nature, je dis généralement banco même quand je n’ai jamais entendu une seule chanson. Juste pour le plaisir de tenter l’expérience.

C’est un blind concert qui tombe un soir de non-disponibilité complète. Quelques minutes avant que ça ne commence, je ravalais au sens littéral des larmes. J’étais sur le quai du métro, en grande conversation sur moi-même. J’encaissais sans broncher mes 4 vérités vues par la personne qui m’accompagnait, parce que ce n’était pas vraiment le moment de pleurer.

C’est un blind concert dans une salle qui ne me plaît pas du tout, précédé d’une première partie improbable et entourée de conversations dans lesquelles je me sens un peu comme une pièce rapportée. La copine de… à la présence de laquelle on s’habitue.

C’est un blind concert absolument terrifique et génialesque.

Fortune arrive sans un mot, des garçons hyper assortis physiquement alors qu’ils sont individuellement très différents : celui avec des lunettes, celui en T-shirt, celui aux cheveux longs, celui à l’air sérieux, celui qui se dandine, celui qui ouvre sa chemise de chaud, celui avec un petit pull près du corps, celui a l’air un peu brouillon… (non ils ne sont pas 15...) Tous s’amalgament parfaitement.
Donc déjà, une vraie sensation d’avoir un groupe en face de soi et non pas des personnages mal assemblés. Et j’adore ça, l’impression d’une entité pensante et musicienne en osmose.

Ces considérations visuelles paraissent bizarres mais pour moi, c’est important. Pas autant que la musique mais quand même. Et parlons-en de la musique.

Autour de moi, on tentait de faire des comparaisons : « ce serait un mélange de truc et bidule mâtiné d’un peu de machin. » En fait c’est juste Fortune. Enfin, « juste »… Fortune c’est le tour de force de faire une musique hyper accessible mais qu’on sent très travaillée, même quand comme moi, on n’a pas de notion technique ni de vraie culture.
Les changements de rythme, l’utilisation de l’ordinateur en même temps que la batterie ou la guitare, tout se perçoit, le moindre détail se remarque pour aussitôt s’oublier dans le bonheur d’entendre l’œuvre finie. C’est beau ET fun.

J’ai dansé sur tous les morceaux, tous. Franchement, j’étais inquiète vu mon état d’esprit en arrivant et pourtant, tour de force inouï, je n’ai pensé à rien tout le temps de leur prestation. Fortune m’a vraiment embarquée dans une parenthèse. J’en suis ressortie un peu sonnée, un grand sourire aux lèvres et un peu lavée des préoccupations d’avant, avec la sensation excitante d’être parmi les happy few qui connaissaient cette nouvelle perle.

C’était tellement bien qu’en rentrant j’ai été écouter un peu de Fortune sur Internet. C’était différent de l’ambiance sur scène mais ça tient carrément trop la route. Et la magie avait vraiment opéré, j’avais déjà retenu la mélodie de 2 ou 3 chansons grâce à une seule écoute en concert.

Fortune, vraiment, faut y aller, faut acheter, faut écouter.

Sur leur myspace par exemple !



En savoir plus View Comments

Rock en Seine fête la blugture

12.4.10 mis en ligne par Frédérick de Baro


En fait, c'est mon anniversaire que fête Rock en seine, mais bon je suis trop modeste pour me l'attribuer :p
D'abord c'est le 27 28 29 donc juste avant mon anniv. Et ça c'est vraiment super classe de leur part. Et en plus ils ont fait ça sans même m'en parler,ce que je trouve être d'une rare intelligence.

Avouez.. c'est la classe, mais ce n'est pas finis.

Il y a la liste des artistes et là c'est pas possible qu'ils aient pas pensé a moi.
Non mais sérieux Arcade Fire , Beirut et puis MassiveAttack et aussi Cypress Hill et aussi Underworld... Enfin voilà quoi c'est juste énorme !! Alors si vous voulez participer à mon anniversaire, La participation est franchement modique vu les invités que j'aligne :D

PROGRAMMATION 2010 PAR JOUR :

27 AOÛT 2010
BLINK 182 (date unique en festival)
CYPRESS HILL (date unique en festival)
THE KOOKS (date unique en festival)
BLACK REBEL MOTORCYCLE CLUB (date unique en festival)
UNDERWORLD (date unique en festival)
KELE (date unique en festival)


28 AOÛT 2010
QUEENS OF THE STONE AGE (date unique en festival)
PAOLO NUTINI (date unique en festival)
JONSI (date unique en festival)

29 AOÛT 2010
ROXY MUSIC (date unique en festival)
FAT FREDDY’S DROP (date unique en festival)


En savoir plus View Comments

[Baci] Monstres invisibles

12.4.10 mis en ligne par Baci


Shannon était mannequin. Etait parce qu'elle est défigurée à vie. On lui a tiré dessus alors qu'elle conduisait et toute une partie de son visage a volé en éclats. Alors qu'elle est convalescente, elle rencontre Brandy Alexander, flamboyante transsexuelle qui décide qu'on ne doit pas se morfondre dans un hôpital et entraîne Shannon sur la route.
Ce n'est même pas le début, juste une vague description des personnages principaux mais je ne peux rien vous dire de plus, je tuerais tout le suspens. Parce qu'il y en a, pas façon roman d'enquête mais façon « Mais il veut nous emmener vers quoi, Chuck Palahniuk ? »

Mon premier Chuck. Le grand, l'unique, celui à qui l'on doit Fight Club par exemple. Surprise a posteriori, Monstres Invisibles est le premier roman que le sieur Palahniuk ait tenté de faire publier. Impossible de qualifier cette œuvre composite, originale et déjantée. J'ai tenté de me faire aider par wikipedia et appris que ce style de roman s'appelait de l'anticipation sociale. (Un croisement entre polar et SF a priori) En fait, avec mes mots, je dirais que c'est un roman, sombre, un peu science mais très fiction, qui serait assez lent en apparence mais en fait hyper dense.


J'ai été happée par cette histoire immédiatement. C'est tellement inattendu et délirant que je me suis sentie comme secouée dès l'entrée en matière. Alors je me suis laissé faire, sous le charme, incapable de laisser tomber la lecture. Il y avait un sentiment de fascination hypnotique devant l'assemblage de personnages et le puzzle de situations à faire s'imbriquer. L'histoire remonte de façon anarchique mais pas aléatoire une ligne temporelle qui permet de découvrir le pourquoi de tout cet apparent chaos. Mais pas trop vite les explications, en laissant juste assez de temps pour s'imprégner des nouvelles données et les mettre en perspective. Extravagante et délirante perspective.

Et puis cerise sur le gateau, j'ai trouvé que c'était souvent drôle parce que tellement féroce. La description de certains comportements politiquement corrects, les absurdités auxquelles conduit l'obsession de l'apparence, certaines anecdotes tout simplement.

C'est donc une grande gifle pas seulement littéraire que ce livre m'a envoyée. Et je ne crois pas qu'il plaira à tous -parce qu'il est violent visuellement et émotionnellement. Parce qu'il a l'air bordélique et aussi peut-être parce que l'outrance peut déranger- mais je crois qu'il faut au moins tenter.



Give me tolerance. Flash. Give me understanding. Flash.


If I can't be beautiful, I want to be invisible.


Don't do what you want. Do what you don't want. Do what you're trained not to want. Do the things that scare you the most.

En savoir plus View Comments

#ENORME #LavalVirtual 2010 #1 : Remise des trophéess

9.4.10 mis en ligne par Frédérick de Baro


remercie Ouest France pour la photo.

Je suis en mode envoyé spécial à Laval Virtual 2010. D'abord un ou deux disclaimer :
Le premier, le vrai c'est que ma boite y est, en tant que visiteur du salon, hein pas exposant. Mais elle y est et veux proposer des produits de réalité augmentée. Faut être clair je la traiterai pas différemment des autres sociétés que je vais croiser. Et si il y a un truc qui m'éclate, je le dirais. mais je ne dirais pas : "tenez regardez c'est ma boite". Elle mérite pas plus qu'une autre la publicité et franchement, enfin bref vous vous en foutez de ma vie.
Deuxième disclaimer (désolé, en ce moment, je lis un bouquin sur la transparence de l'information) : ça fait 5 ans que ma copine de Laval me tanne pour venir voir le salon, et, soit par manque de temps et peut-être aussi par snobisme parisien, je n'ai pas accordé beaucoup d'attention.
Et je le regrette.

J'ai commencé ce salon par le bon bout je crois : La remise des prix Laval Virtual.
Et la découverte de ce site extraordinaire :
le youtube de la 3D avec 3Dvia, donc à explorer dés que j'aurais un peu de temps...
Et de ces personnes qui te rende réveur ( http://www.designfaktis.com/ ) et avec lesquels j'ai eu une discussion comme rarement depuis longtemps ... Je crois qu'ils ont compris et qu'ils sont déjà dans l'après... Comprends qui peut.

Voici le Palmarés des Awards de Laval Virtual 2010.. Il y a pas tout : mais ça arrive. Il y a des trucs assez hallucinant même si les vidéos sont en cours d'upload sur Youtube ici et il y a quelques photos sur mon compte flickr :

Demain, je suis libre.. J'en ai bien deux trois à aller voir mais je vais un peu naviguer au fur et à mesure.. le nez à l'A.R. (mouhahaha)... Et on verra bien suivez moi sur Twitter avec le tag #lavalvirtual.

Le palmarès donc :

Architecture, Art et Culture :
Le robotGraphe avec Jean-claude Fournier



Design Industriel et Simuation :
Raw Shapping Form :



Science et Education

[à Mettre à Jour] là j'ai aucune vidéo et je ne me rappelle pas de quoi ça parlait

Médecine et Santé
Un système qui fait ressentir les même choses qu'une femme enceinte !! développé dans une université technologique au Japon. Vidéo en cours d'Upload.. je n'ai rien trouvé sur le net. :(




Jeux 3D et Divertissement : prix remporté par David Arenou juste ENORME (Lire l'interview en anglais du jeune français):

DIPLOMA : Tangible Rail Shooter Concept from David Arenou on Vimeo.


Business et Services
[à Mettre à Jour]là j'ai aucune vidéo et je ne me rappelle même pas de quoi ça parlait

Automobile, Aéronautique et Transport :
Un système de simulation de toilettes des TGV pour apprendre à les nettoyer et à les vider sans immobiliser un TGV. j'ai la vidéo mais je ne sais pas si c'est utile en fait .... :P

Interfaces et Matériels.
Un liquide, mélange d'eau et de Maïzena, qui réagit avec un gant conducteur d'électricité. Le système est censé se durcir sur commande. ça s'appelle de la Thixotropie. voilà j'ai pas trop trop compris. Comme disait Jérome Bonaldi , ça a l'air prometteur...

Ingénierie, Montage et Maintenance : ProFORMA. Un truc E-POUS-TOU-FLANT :



Personnages en Temps Réel et Mondes Virtuels :




bon ben là je vais me coucher hein ...
En savoir plus View Comments

Le pixel art et Naive New Beaters

8.4.10 mis en ligne par Frédérick de Baro




PIXELS by PATRICK JEAN.
envoyé par divisionparis. - Regardez la dernière sélection musicale.

Vu chez le geek Korben, ce fabuleux clip utilise les jeux les plus connu pour illustrer la révolution numérique. La conclusion me semble un peu sombre, mais c'est un très beau travail graphique et avec NNB ça ne peut faire de mal à personne.

Bref, après ça, on me dira ( Raphaël Enthoven) que l'art numérique n'existe pas.. (doh)

Quelques exemples de Street pixel ART :

En savoir plus View Comments

La blugture en quelques mots

La blugture est un WebZine culturel collaboratif avec plus de dix auteurs qui ont déjà été invités ou qui participent activement. N'hésitez pas à proposer vos textes. Le ton du site et des articles se veut enthousiaste, sincère et original. Contact : Blugture@gmail.com

La blugture à domicile

votre courriel


Nuage des bonheurs

La carte de la blugture

La vlogture : toute les vidéos faites pas la blugture Devenez Fan sur Facebook Suivez la blugture sur Twitter Les vidéos de la blugture sur DailyMotion toutes les photos de la blugture et plus encore

les gens qui passent et qui gardent un souvenir

Google+ Badge

Parlez des artistes qui vous ont ému !

Commentaires

Recent Comments

Powered by Disqus