RueStick 2012 à Puteaux

La blugture reprend vie grâce au Street Art, et c'est par un hasard heureux que j'ai rencontré ce nouvel auteur : Jean-Philippe. Il est une découverte mystérieuse faite à mon école de journalisme. Son écriture, belle et très fine, avait sa place dans la blugture. J'en suis profondément heureux. 



L’art de rue descend des murs et va à la rencontre du public. En toute simplicité et toute proximité. “Deux jours, soixante artistes, accès libre” dit le programme du festival.

Libre de déambuler d’un site à l’autre. Libre de laisser libre cours à sa joie et à son envie de rencontrer, de discuter et de comprendre pourquoi l’art urbain nous touche ou nous interpelle. Libre enfin de discuter avec ceux qui le font vivre et  évoluer sans cesse.

Car rien dans l’attitude des street artistes ne trahit une quelconque suffisance ou un mépris distant. Ils sourient tout en collant, lightant, bombant et customisant les matériaux mis à leur disposition. Le public n’est pas en reste puisqu’un cube leur est dédié. Il suffit d’un bâton de craie et le mur d’expression libre se couvre de tags et gribouillages de toutes formes et couleurs. Les enfants piaffent. Les sourires claquent. Les yeux pétillent.

C’est si simple.

Oui, on est libre d’aller et venir dans tout le centre-ville de Puteaux, depuis la gare à l’esplanade de l’hôtel-de-ville, du palais de la culture au mur libre de la rue de la République.


La magie opère, fragile et invocatrice. L’oeil distingue ce qui s’élabore devant lui. L’énergie d’un trait, le gras d’une couleur projetée se transforme toujours en autre chose. Jamais ça ne devient ce que à quoi on s’attend. 



Le temps de l’échange est partagé. Chacun explique à l’autre la raison de son action, de son dessein. Il faut expliquer pour être, parfois, accepter. RueStick autorise la rencontre et la confrontation. On parle pour être compris. On parle pour tenter de saisir.

L’art urbain n’a de raison d’être que par l’enjolivement de l’espace public grâce à la création artistique. C’est l’interprétation personnelle qui se met au service d’un environnement affreusement anonyme. On ne s’arrête pas en ville, on passe. L’art urbain propose cette pause salutaire et bienveillante qui s’adresse à nos imaginaires et nos mondes intérieurs. Il ne revendique que l’arrêt sur image. Rien d’autre. Il parle à nos émotions et les titille le temps d’un regard, d’un coup d’oeil. Il laisse une empreinte. Il dessine une trace. Il marque.






RueStick, c’est le point de rencontre entre des faiseurs de rêves et des poètes de rue, des saltimbanques de la couleur et de la rime urbaine. Le public attend d’être surpris et se surprend à aimer ça.


Jean-Philippe Trigla
blog comments powered by Disqus

La blugture en quelques mots

La blugture est un WebZine culturel collaboratif avec plus de dix auteurs qui ont déjà été invités ou qui participent activement. N'hésitez pas à proposer vos textes. Le ton du site et des articles se veut enthousiaste, sincère et original. Contact : Blugture@gmail.com

La blugture à domicile

votre courriel


Nuage des bonheurs

La carte de la blugture

La vlogture : toute les vidéos faites pas la blugture Devenez Fan sur Facebook Suivez la blugture sur Twitter Les vidéos de la blugture sur DailyMotion toutes les photos de la blugture et plus encore

les gens qui passent et qui gardent un souvenir

Google+ Badge

Parlez des artistes qui vous ont ému !

Commentaires

Recent Comments

Powered by Disqus